Christophe Alévêque

Je connais mal ce fantaisiste, n’ayant vu que des extraits de ses spectacles ou l’ayant aperçu à la télé dans une de ces émissions où des faire valoir courant le cacheton servent à la soupe à l’animateur en essayant de faire rire, mais à chacune de ces visions j’ai trouvé ce type extraordinaire.

 Aussi, je suis persuadé qu’un jour, comme disait Brassens, les chiens auront besoin de leur queue, comme le monde du spectacle ne pourra se passer d’Alévêque.

Je précise que je ne porte içi  une appréciation que sur l’homme public.

 En effet, on ne peut pas dire qu’il joue la comédie ou qu’il a du talent puisqu »il est totalement naturel. Pas de second degré dans ses paroles. Par exemple, il revendique un anti-sarkozisme primaire et il est véritablement  primaire parce qu’il n’a, à l’évidence, pas les facultés nécessaires pour élever le débat. Il est en fait bas de plafond sans le faire exprès, ce qui fait son charme.  Son fonds de commerce est constitué de réflexions de fin de soirée recueillies dans un rade.Et, bien évidemment, comme tant d’autres, il se prend pour un moralisateur, un père la vertu détenant la vérité. C’est à la fois Bouvard et Pécuchet. On le compare à Desproges, ce qui est une ineptie! Il suffit pour s’en détromper de réécouter les sketches de Desproges qui étaient pétillants d’intelligence.

Alévêque ne serait probablement pas bon dans un rôle de composition. Pas pour lui d’entrer dans la peau d’un homme de classe. En revanche, il a toutes les qualités pour faire un traître, un fourbe, un cocu, une lopette. Là,  il devrait faire merveille.

Le cinéma, notamment, a toujours eu besoin de ces acteurs qui incarnent aisément un personnage.

C’est à ce titre qu’il deviendra un grand nom du show bizz, ce qui lui permettra de figurer bientôt, à coup sûr, dans le peloton de tête des personnalités préférées des français.



Laisser un commentaire

le buddleia de balham |
Melusine |
Flâneries Cosmiques |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le blog de la rouge
| Les quatre elements
| El Carmo